Revenir en haut

close
Actualités

Radamel Falcao change d’agent

Alors qu’il se rapproche plus de la retraite qu’autre chose, Radamel Falcao (37 ans) entend bien profiter des quelques années qu’il lui reste sur les terrains. Ainsi, pour saisir pleinement les opportunités qui s’offrent à lui, l’international colombien a décidé de changer d’agent. Falcao ne sera désormais plus représenté par le sulfureux Morris Pagniello. Radamel Falcao et Morris Pagniello Radamel Falcao et Morris Pagniello L’agent austro-italien est connu non seulement pour détenir l’agence Anthem Sports Management, l’académie Genova Soccer et le Racing Football Group mais aussi et surtout pour avoir été le président de Murcie et pour avoir été impliqué dans le scandale Dirty Soccer, des affaires de matchs truqués et sa possible relation avec la Ndrangheta, la mafia calabraise. Il travaille également en collaboration avec Superior Squad Sports Management en tant qu’agent de joueurs. El Tigre a aussi été représenté par Jorge Mendes il y a quelques années. View this post on Instagram A post shared by Transfermarkt | Agents (@transfermarkt.agents) Pour ce qui est de Radamel Falcao, il a désormais décidé de confier ses intérêts à Borja Couce, connu pour travailler en étroite relation avec l’iranien Kia Joorabchian, une pointure de la représentation sportive. Couce s’est notamment occupé de Luka Modric, Neto, Lucas Vasquez ou encore Sergio Reguilón. L’agent americano espagnol aura fort à faire dans les prochains jours puisque son nouveau poulain colombien est l’objet de nombreuses sollicitations de l’Arabie Saoudite. Sans doute la raison pour laquelle il a sollicité un nouveau représentant, histoire d’être sûr que le deal se fasse. Certainement le dernier gros contrat de sa belle carrière. https://twitter.com/fabrizioromano/status/1684166280784359424?s=46&t=hjJxNJ7aP4NwsyFr4Sel0A En outre, Borja Couce est à la tête des agences Arowana Sports (co-détenu par Alfonso Roberes) et BC26 Sports.

Réglementations

Le TAS confirme la validité du Règlement FIFA sur les agents

Depuis plusieurs mois, la FIFA fait face à de vives contestations après l’instauration de sa nouvelle réglementation sur les agents de joueurs. Parmi les constestataires de ce nouveau système, la Professional Football Agents Association (PROFAA) a notamment poursuivi la fédération internationale auprès du TAS pour obtenir l’annulation pure et simple dudit règlement. Aujourd’hui, la FIFA a salué la décision prise par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) confirmant la légalité, la validité et la proportionnalité du Règlement sur les agents de la FIFA. Une décision déjà contestée par de nombreux représentants de joueurs. Pilier essentiel du processus de réforme du système des transferts entamé par la FIFA, conformément à son objectif stratégique d’une « modernisation du cadre règlementaire du football », le règlement régit les activités des agents dans le transfert de joueurs. https://twitter.com/fifamedia/status/1683473094856306688?s=20 Il s’agit du premier examen approfondi de la légalité de ce texte effectué par un groupe d’experts indépendants de premier ordre. La mise en œuvre du Règlement sur les agents de la FIFA est le fruit d’un processus de consultation exhaustif réunissant de nombreux acteurs. Cette décision ratifie l’opinion de la FIFA en la matière, selon laquelle ce document constitue un texte règlementaire raisonnable et proportionné, susceptible de répondre aux insuffisances du système des transferts. La FIFA note que la décision confirme son autorité en matière de régulation de l’activité des agents dans le système des transferts, ainsi que la validité des principales dispositions du règlement. Ces dispositions incluent entre autres le plafonnement des commissions, l’interdiction de la pluri-représentation et le principe selon lequel seules des personnes titulaires d’une licence d’agent de la FIFA peuvent fournir des services d’agent, qui renforcent la stabilité contractuelle, garantissent l’alignement des intérêts des agents sur ceux des clients, améliorent les standards professionnels et éthiques, et favorisent le fonctionnement du marché des transferts. Selon la FIFA, cette décision constitue, aux yeux de l’ensemble des parties prenantes du football, une caution légale de l’intégrité du cadre règlementaire des agents, notamment par rapport aux litiges en cours. Fruit d’un processus exhaustif de consultation impliquant les joueurs, les clubs, les ligues, les fédérations nationales et les organisations d’agents, le règlement a été instauré par la FIFA dans le cadre de sa réforme globale du système des transferts. L’obligation de faire appel exclusivement à des agents titulaires d’une licence, née du Règlement sur les agents de la FIFA, entre en vigueur le 1er octobre 2023. Le Tribunal Arbitral du Sport, juridiction la plus haute pour les litiges liés au sport, est reconnue par la FIFA à travers l’article 56 de ses Statuts.

Actualités

Ralf Bockstedte ne croit pas à un compromis entre les agents et la FIFA

Aucun compromis ne se dessine dans le litige opposant les agents de joueurs à la Fédération internationale. Un agent estime que la FIFA profite de sa position de force en violation de la loi sur les cartels. Aucun compromis ne se dessine dans le litige opposant les agents de joueurs à la Fédération internationale de football (FIFA). L'agent de joueurs Ralf Bockstedte estime qu'il est peu probable qu'un compromis soit trouvé avec la Fédération internationale de football (FIFA) dans le litige portant sur les restrictions prévues en matière d'activités de transfert. "Je ne peux pas l'imaginer actuellement. En tant que médiateurs, nous avons été exclus du processus dès le début et nous ne pouvons pas continuer à y participer", a déclaré l'avocat dans une interview accordée au magazine spécialisé Kicker. Bockstedte avait obtenu gain de cause dans une procédure en référé devant le tribunal de grande instance de Dortmund contre l'application, la mise en œuvre et l'exécution du règlement de la FIFA Football Agent (FFAR). Ce règlement prévoit entre autres que les agents de joueurs doivent obtenir une licence de la Fédération internationale, que les honoraires et les commissions doivent être limités et que certaines informations doivent être divulguées. La FIFA et la Fédération allemande de football veulent assurer plus de transparence et de contrôle sur le marché des intermédiaires, qui pèse des millions de dollars, avec leurs propres règles. Roger Wittmann, l'un des principaux agents de joueurs allemands, a également porté plainte contre la réforme. La Cour fédérale de justice (BGH) avait décidé mi-juin de soumettre le règlement à la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Celle-ci doit décider dans quelle mesure l'interdiction européenne des ententes s'y applique. La procédure de la BGH est ainsi suspendue. "Ce qui me dérange le plus, c'est que la FIFA tente, en violation des règles antitrust, de jouer d'une position de force qui pousse les intermédiaires toujours plus loin en dehors du système", a déclaré Bockstedte. Si la réforme devait entrer en vigueur, nous aurions finalement trois grandes agences en Allemagne. Les petites agences en particulier ne seraient plus viables. Le football féminin, la 3e division et la ligue régionale seraient une affaire à perte pour les agents".  (dpa) qui

Actualités

Des agents perdent une bataille contre le nouveau règlement de la FIFA

Deux groupes d'agents de football ont été condamnés à payer 1 775 € (1 548 £ ; 1 937 $) en mai dernier après avoir perdu un procès aux Pays-Bas contre les nouvelles règles de la FIFA pour les intermédiaires. L'Association européenne des agents de football (EFFA) et Pro Agent cherchaient à obtenir une injonction sur la nouvelle réglementation de la FIFA concernant les agents et l'examen d'entrée, qui doit entrer en vigueur au début du mois d'octobre. Ils ont fait valoir que les règles sont illégales car la FIFA, l'instance dirigeante du football mondial, n'est pas autorisée à réglementer leur profession puisque les agents ne sont pas membres de la FIFA et qu'il n'y a pas de base de droit public pour la réglementation de la FIFA. En particulier, l'EFFA, qui est un groupe d'intérêt européen d'agents de football dont les membres comprennent des intermédiaires de Suisse, du Japon, du Brésil et d'Argentine, et Pro Agent, un groupe d'agents de football basés aux Pays-Bas, ont contesté le plafond des commissions de la FIFA et l'examen que les agents doivent désormais passer. Explication des nouvelles règles applicables aux agents de football : Un examen, des frais annuels de 600 dollars et un plafond salarial Ils estimaient que le plafonnement des revenus qu'ils peuvent tirer d'un transfert, qui seront limités à 6 % en vertu de la nouvelle réglementation, "viole le droit national et européen de la concurrence". L'affaire a attiré l'attention sur une décision du tribunal de district de Mayence en Allemagne le mois dernier, qui a renvoyé une décision préliminaire sur le règlement des agents de la FIFA à la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) pour qu'elle l'examine. La FIFA s'était alors félicitée de cette décision, y voyant la confirmation que le modèle sportif européen serait pris en compte dans un forum approprié lors de l'évaluation des nouveaux règlements. La décision de la Cour centrale des Pays-Bas, selon l'arrêt, "est liée par ce que la plus haute juridiction européenne va décider" et que "la décision doit être attendue afin d'éviter des décisions incorrectes". En conséquence, l'EFFA et Pro Agent ont été condamnés à payer les frais de justice, d'un montant total de 1 775 euros. La nouvelle réglementation de la FIFA a été largement critiquée par les agents, notamment par Rafaela Pimenta, l'un des plus grands intermédiaires au monde, qui est engagé dans une bataille juridique avec l'instance dirigeante. En avril, près de la moitié des candidats qui ont passé le premier examen d'agent de football de la FIFA ont échoué, avec seulement 52 % de réussite. Sur les 3 800 candidats qui se sont présentés à l'examen, seuls 1 962 ont réussi et pourront recevoir la licence d'agent de football de la FIFA. Cette licence leur permettra de continuer à opérer en tant que représentant pour des transferts ou des renouvellements de contrats concernant des joueurs, des membres du personnel ou des clubs. Un autre examen est prévu en septembre. Les intermédiaires devront réussir s'ils veulent continuer à exercer leur fonction à partir du 1er octobre.

Agences

Roc Nation Sports et Jayz rachètent l’agence brésilienne TFM

TFM Agency annonce que la North American Roc Nation LLC est devenue l'actionnaire majoritaire de la société. L'agence TFM sera renommée Roc Nation Sports Brazil, reprenant l'exploitation de l'une des marques les plus admirées et les plus influentes du divertissement nord-américain dans le pays, personnifiée par son fondateur, Jay-Z, un artiste ayant un impact historique sur la culture musicale et qui continue d'étendre sa sphère d'influence. Roc Nation Sports de Jay-Z acquiert l'agence brésilienne de football TFM et y ajoute deux étoiles montantes. Vinícius Júnior du Real Madrid est l'une des jeunes stars que Roc Nation Sports a acquises lors de son rachat de TFM Agency. Vinicius Junior du Real Madrid et Gabriel Martinelli d'Arsenal rejoignent une liste qui comprend Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku. Il y a une dizaine d'années, lorsque le milliardaire Jay-Z a lancé Roc Nation Sports, l'une de ses principales priorités était de recruter la superstar du football Neymar. Ce n'est toujours pas le cas. Mais aujourd'hui, son agence exploite la filière du joga bonito qui a donné naissance au phénomène brésilien. Jeudi, Roc Nation Sports International a annoncé son expansion en Amérique du Sud grâce à l'acquisition de l'agence TFM, basée à São Paulo. Les conditions financières de l'opération n'ont pas été divulguées. La transaction ajoute une série de joueurs brésiliens en pleine ascension - dont Vinicius Junior du Real Madrid et Gabriel Martinelli d'Arsenal - à la liste déjà impressionnante de Roc Nation qui comprend Kevin De Bruyne de Manchester City, Federico Di Marco et Romelu Lukaku de l'Inter Milan. "Quand on pense au football et aux talents, le Brésil est probablement le premier marché que l'on mettrait en haut de sa liste de souhaits d'acquisition", déclare Michael Yormark, président de Roc Nation Sports International. "Si vous connaissez TFM, vous savez qu'elle possède certains des meilleurs talents au monde. » https://twitter.com/RocNation/status/1677339251594108928?s=20 Gardant son siège social à São Paulo, Roc Nation Sports Brésil fait ses premiers pas avec plus d'une centaine de clients. Au sein du groupe Roc Nation, l'opération brésilienne favorisera une intégration inédite entre stars de différentes nationalités, tant dans le sport que dans la musique.  L'acquisition de TFM Agency à l'initiative de Roc Nation Sports International marque son expansion dans l'activité football, qui compte actuellement la représentation de joueurs célèbres ainsi que la fourniture de conseils à l'AC Milan, pour développer des stratégies marketing et promouvoir la croissance de la marque du club italien avec de nouvelles actions promotionnelles, des projets sociaux et philanthropiques. Juan Perez, président et fondateur de Roc Nation Sports, déclare : « En matière de football, le Brésil est au centre de tout. Je m'identifie beaucoup à cette culture qui a une passion incroyable pour le sport et la musique. Notre influence dans le football grandit et ce mouvement montre nos intentions sur le marché. » Michael Yormark, Président de Roc Nation Sports International (RNSI), déclare : « C'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'annonce notre entrée au Brésil. Lorsque nous avons commencé cette entreprise d'expansion mondiale en 2019, j'avais de nombreuses ambitions pour RNSI. Depuis, nous nous sommes développés en Europe, en Afrique du Sud et aux USA. Cette expansion stratégique marque la continuation de ce que nous construisons ici chez Roc Nation ; une représentation "de première classe" pour certains des plus grands athlètes du monde. Je suis très heureux qu'Alan Redmond, notre vice-président exécutif et responsable mondial du football, travaille aux côtés de Frederico Pena, fondateur de TFM, et de son équipe pour développer notre activité football à l'échelle mondiale. » Frederico Pena, aujourd'hui président de Roc Nation Sports Brésil, reste actionnaire de la société et explique que « Roc Nation symbolise le meilleur que le sport, le divertissement et la culture peuvent offrir. Dans un monde où les icônes de ces différents segments sont de plus en plus proches et liées, pouvoir offrir aux Brésiliens une représentation effectivement complète et globale, dans des conditions qui ne leur étaient jamais offertes auparavant, est gratifiant ». En tant que président de Roc Nation Sports Brésil, Frederico Pena poursuivra son parcours entrepreneurial accompagné de ses partenaires Marcos Casseb, Lucas Mineiro, Renato Martinez, Octavio Rigoni et Thiago Freitas. L'acquisition est une étape importante pour Roc Nation Sports, qui a lancé ses activités internationales en 2019 et, un an plus tard, a fusionné avec la boutique R10 Agency de l'agent de football britannique Alan Redmond. L'entreprise représentait auparavant 40 joueurs de football et, avec l'acquisition de TFM, verra ce nombre tripler pour atteindre environ 120. "Nous souhaitions ouvrir notre propre bureau, partir de zéro et construire", explique M. Yormark. Mais après trois ans et demi, Roc Nation a "décidé que si nous pouvions trouver la bonne cible d'acquisition qui s'aligne sur nos buts et objectifs et sur notre stratégie globale, alors c'était la bonne opportunité à explorer". Comme pour toutes les agences, la consolidation a toujours été un élément important du secteur, tant pour l'entrée que pour la croissance. Et, comme le fait remarquer M. Yormack, "il n'y a pas de meilleur moyen d'éliminer la concurrence que de l'acheter". D'autres divisions de Roc Nation ont pris des mesures similaires, en investissant dans d'autres agences ou en les achetant carrément, afin d'accroître leur envergure dans des sports tels que le football américain et le basket-ball. Et elles ne sont pas les seules. L'année dernière, l'agence Wasserman, basée à Los Angeles, a acquis Jet Sports Management pour le baseball, Esportify (pour le rugby), Mullhaupt Management (pour le golf), Caric Sports Management (pour la NFL) et l'agence de marketing des talents BSE Media Group. De son côté, Creative Artists Agency s'est adjoint les services d'ICM Partners, une société spécialisée dans le football, dans le cadre d'un accord de 750 millions de dollars en 2022, trois ans seulement après l'acquisition de Base Soccer. Ces acquisitions ont également permis à Roc Nation Sports de se développer plus rapidement. En novembre, l'agence a fait son entrée dans la liste Forbes des agences sportives les plus précieuses d'Amérique du Nord, se classant au septième rang. Avec des contrats actifs estimés à 2,6 milliards de dollars, l'agence devrait percevoir jusqu'à 203 millions de dollars de commissions pendant toute la durée de ces contrats. L'accord avec TFM donne un coup de pouce immédiat aux revenus de Roc Nation Sports. Selon un connaisseur du secteur, les agents de football perçoivent environ 10 % des transferts des clubs vendeurs et 6 % des salaires des joueurs en vertu de la nouvelle réglementation de la FIFA. Vinicius Junior, qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives au Brésil lors de la Coupe du monde de la FIFA 2022 et a offert au Real Madrid sa 20e Copa del Rey en mai, est le troisième joueur le plus précieux du football en termes de valeur de transfert estimée à environ 160 millions de dollars, selon Transfermarkt, une base de données qui estime la valeur des joueurs de football. Son contrat actuel expire à la fin de la saison 2023-24. La valeur de transfert de Martinelli est estimée à 87 millions de dollars, bien qu'il soit sous contrat jusqu'en 2027. Les accords de représentation doivent être renouvelés tous les deux ans. À l'avenir, le fondateur de TFM, Frederico Pena, présidera le nouveau bureau brésilien de Roc Nation Sports International. Jusqu'à présent qualifiée d'"agence d'exportation", axée sur la vente de jeunes talents brésiliens à l'étranger, l'entreprise adoptera l'approche de service complet de Roc Nation, qui comprend également le marketing. "Nous voulons qu'ils continuent à gérer l'entreprise comme ils l'ont fait jusqu'à présent, parce qu'ils ont géré une entreprise très prospère", explique M. Yormark. "Nous complétons leurs points forts et ils complètent les nôtres. Ensemble, c'est un peu comme si un plus un égalait trois". https://twitter.com/FabrizioRomano/status/1677324246777749504?s=20 À propos de ROC NATION : Fondée en 2008 par le rappeur et entrepreneur Shawn Carter, Jay-Z, Roc Nation s'est imposée comme l'une des sociétés de divertissement les plus en vue au monde. Agissant sur plusieurs fronts du segment, Roc Nation possède des bureaux à New York et Los Angeles, et travaille avec des artistes, producteurs, compositeurs et autres talents, offrant des services tels que le développement stratégique de la marque, le parrainage commercial et les partenariats de licence, la gestion et la représentation artistique, édition musicale, production, albums et tournées, gestion des droits d'auteur et plus encore. Sa liste de clients, en plus de Jay-Z lui-même, comprend des noms de renommée mondiale tels que Rihanna, Alicia Keys, Christina Aguilera, J. Cole, DJ Khaled, Fat Joe et J. Balvin. À propos de ROC NATION SPORTS : La passion de Jay-Z pour le sport a donné naissance à Roc Nation Sports en 2013 pour offrir aux athlètes une gamme complète de services, désormais disponibles pour différents artistes. Roc Nation Sports représente des athlètes des principales ligues nord-américaines (NBA, NFL, MLB) ayant parmi ses clients des noms notables tels que LaMelo Ball, Danny Green, Skylar Diggins-Smith, Saquon Barkley, Dez Bryant, Kyler Murray, Robinson Cano. Roc Nation est retenu par la NFL en tant que consultant et stratège officiel en divertissement musical, aidant à sélectionner des artistes pour ses événements, y compris l'emblématique spectacle de mi-temps du Super Bowl. Et cela va plus loin, stimulant l'expansion des efforts de justice sociale de la NFL à travers l'initiative Inspire Change, renforçant l'expertise de l'entreprise dans l'intégration et les synergies des marchés du sport et du divertissement, avec leur pertinence sociale. À propos de ROC NATION SPORTS INTERNATIONAL : Roc Nation Sports International (RNSI) est la division de Roc Nation Sports, qui a ouvert son bureau de Londres en 2019 sous la direction de Michael Yormark. Sa mission est de fournir une représentation complète et personnalisée à ses athlètes et partenaires, en élargissant l'influence et les principes de Roc Nation à l'échelle mondiale. Le portefeuille de clients de RNSI comprend des footballeurs tels que Kevin De Bruyne, Romelu Lukaku, Federico Dimarco, Axel Witsel et Chris Richards, ainsi que des joueurs de rugby Siya Kolisi, Maro Itoje, Cheslin Kolbe, Ardie Savea et Ellis Genge. RNSI est également consultant pour l'AC Milan, le Mamelodi Sundowns FC, United Rugby Championship et Cricket South Africa. A propos de TFM AGENCY, maintenant ROC NATION SPORTS BRAZIL : Fondée en 2005 et basée à São Paulo, Roc Nation Sports Brazil, anciennement TFM Agency, s'est imposée comme la plus grande et l'une des plus importantes agences représentant et gérant la carrière des athlètes de football brésiliens. Son histoire comprend plus de 400 transferts internationaux, intermédiés entre clubs dans plus de 40 pays, tout au long de ses 18 années d'expérience. Actuellement, l'agence représente plus d'une centaine d'athlètes, dont 50 ont été appelés pour l'équipe nationale brésilienne, dans l'une de ses catégories. L'équipe de 20 professionnels de TFM Agency, tous dédiés à fournir des services de haute qualité aux athlètes, avec une approche individualisée et engagée dans la croissance et le développement des jeunes talents, travaillent depuis São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte au Brésil, et Londres, Madrid , Paris et Lisbonne en Europe.

Actualités

L’agence de Jayz recrute Lucas Paqueta

Lucas Paqueta sera désormais conseillé par l’agence Roc Nation de Jay-Z. Le milieu de terrain de West Ham (Angleterre) Lucas Paqueta a changé d’agent et sera désormais représenté par Roc Nation Sports Brazil, la société du rappeur américain Jay-Z. L’ex joueur de l’OL rejoint Vinicius Júnior, du Real Madrid, Endrick, du Palmeiras, et Martinelli, d’Arsenal, qui étaient déjà représentés par TFM Agency. L'entreprise brésilienne a été rachetée la semaine dernière par Jay-Z, qui est désormais l’actionnaire majoritaire. Après le rachat de TFM Agency, l’agence de Jay-Z va conseiller Paqueta « C’est un honneur d’être le premier joueur annoncé par Roc Nation Sports Brazil. Qui ne rêve pas de travailler et d’être représenté par l’entreprise de Jay-Z ? Cela représente le début d’une nouvelle phase de ma carrière. Je suis très enthousiaste, je veux évoluer dans le domaine de la publicité et poursuivre mes succès sportifs dans mon club et en équipe nationale brésilienne », a déclaré Paqueta. Le milieu de terrain était représenté par Eduardo Uram, un agent respecté dans le milieu du football. Le changement vise à promouvoir le joueur au-delà du football, mais aussi dans différents médias et segments. https://twitter.com/RocNationSI/status/1679524815282094080?s=20 D’autres joueurs de la sélection brésilienne devraient suivre. La vente de TFM Agency à Roc Nation a été motivée par le pouvoir que le nom de Jay-Z peut avoir sur les joueurs représentés. Il est prévu que d’autres joueurs de l’équipe nationale brésilienne signent également des contrats avec l’entreprise. « Roc Nation traite les athlètes comme des partenaires et au centre de l’entreprise. C’est une agence qui s’occupera de la partie sportive et réunira également des outils pour transformer ces joueurs en icônes culturelles à l’échelle mondiale. Ils ne seront plus aux mains de la performance sportive et des limites de leur corps », a déclaré Frederico Pena, PDG de l’agence. Lucas Paqueta est le nouveau numéro 10 de West Ham. Le milieu de terrain portait le numéro 11 la saison dernière et a hérité du numéro après le départ de l’Argentin Lanzini, qui n’a pas renouvelé son contrat avec l’équipe anglaise et cherche un nouveau club après huit ans.

Actualités

L’influence imposante de Jorge Mendes au PSG

Dans son édition du jour, l’Equipe se penche sur Jorge Mendes et comment ce dernier a réussi à tisser sa toile au sein du PSG. « Depuis plusieurs semaines, il se murmure qu’à Paris, le véritable directeur sportif est portugais, qu’il n’est pas salarié du club, qu’il connaît bien José Mourinho – jusqu’ici, cela correspond au portrait de Luis Campos, conseiller sportif prestataire du PSG -, mais se prénomme Jorge Mendes », avance le quotidien sportif. Avec l’arrivée de Luis Campos à la tête du sportif du club de la capitale, son compatriote a logiquement réussi à obtenir des entrées plus facilement qu’auparavant. L’été dernier déjà, Jorge Mendes a réussi à faire venir Renato Sanches et Vitinha, de l’écurie Gestifute, mais pas que. Carlos Soler et Fabian Ruiz, bien que non-clients du Portugais, ont aussi rejoint la capitale de sa main, puisqu’il a joué le rôle d’intermédiaire dans ses opérations, qui, avec le recul, n’auront pas forcément été réussies. Et il a répéter ça avec Kang-In Lee. Un joueur qui n’est pas directement représenté par Mendes, mais dont l’agent, Javi Garrido, travaille avec - ou pour - le Lusitanien. Autant dire que pour l’instant, on part sur un mercato 100% Mendes du côté du Paris Saint-Germain. Le propriétaire de la Gestifute gère les intérêts de 90 joueurs dont sept actuellement au sein de l’effectif du PSG (Keylor Navas, Danilo Pereira, Vitinha, Renato Sanches, Manuel Ugarte, Marco Asensio, Warren Zaïre-Emery). « Le poids qu’il a pris à Paris ne laisse pas indifférent, ni en interne ni dans le milieu des agents, qui ont l’impression d’une privatisation du club de la capitale à laquelle Campos ne serait pas étranger. » https://twitter.com/lequipe/status/1680321472030466048?s=20    Mais l’Equipe indique que, certes, Mendes pèse désormais au PSG, mais il ne doit pas tout à son compatriote. Les deux hommes se connaissent depuis plus de 25 ans. Mais lors du passage de Luis Campos à Lille, le super agent « ne semblait pas porter Campos dans son coeur à cette époque. En privé, il se montrait même plutôt critique et doutait de ses capacités à gérer l’effectif d’un grand club. » Depuis un peu plus d’un an, Mendes a atténué son propos. Le quotidien sportif indique que Jorge Mendes ne doit pas son influence nouvelle à Paris qu’à la présence de Campos. Il a réalisé son premier transfert avec les Rouge & Bleu en 2015, avec l’arrivée d’Angel Di Maria. « À cette période, il se lie d’amitié avec Al-Khelaïfi. » Si Bernardo Silva signait chez les champions de France cet été, comme ils le désirent (le président parisien et Mendes, ndlr), l’ancien agent de Cristiano Ronaldo aurait neuf de ses joueurs au sein du PSG. « Sur certains dossiers, le Portugais aura été précieux, quand même, notamment lorsqu’il s’est agi de prêter Navas à Nottingham Forest l’hiver dernier. Et s’il n’a pas participé directement à la vente de Pablo Sarabia à Wolverhampton (en janvier), son poids au sein du club anglais n’aurait pas fait de mal. » L’Equipe explique aussi qu’il ne voit pas tous ses désirs devenir réalité. Il aurait aimé que ce soit José Mourinho qui remplace Christophe Galtier sur le banc du PSG. Mais le club de la capitale a finalement opté pour Luis Enrique. Il aurait également proposé Joao Felix aux dirigeants parisiens, mais ces derniers auraient refusé. « L’influence de Mendes à Paris ne se mesure pas seulement aux transactions effectuées. » Il a aussi un œil avisé sur les jeunes prometteurs du centre de formation des Rouge & Bleu. Il a réussi à convaincre Warren Zaïre-Emery et El Chadaille Bitshiabu de le choisir comme représentant. « En fait, cet appétit pour les jeunes talents ne se limite pas à ceux de la capitale. » Il a récemment attiré Bradley Barcola, qui est dans le viseur du PSG. Dans l’attente, en plus, de la suite des évènements dans le dossier Bernardo Silva, autre poulain de l’agent, pour qui le PSG fait le forcing.

Actualités

André Cury explique l’échec du Barca dans le dossier Vinicius Jr

André Cury n’est pas connu pour avoir sa langue dans sa poche. Le propriétaire de l’agence Link a donné sa version et les raisons pour lesquelles Vinicius, l'actuel attaquant du Real Madrid n'a pas signé au Barça à l’époque. "Il a pleuré lors de la remontada 6-1 contre le PSG, il me l'a dit". À l'occasion de l'annonce officielle de la signature de Vitor Roque au FC Barcelone, André Cury, son agent, a parlé auprès de plusieurs médias de l'attaquant brésilien et de son passé de recruteur pour le Barça. Dans l'émission El Larguero de la Cadena SER, il a rappelé ce qui s'était passé à l'époque pour que Vinicius, aujourd'hui star du Real Madrid, ne signe pas pour le Barça, alors que le club catalan avait la mainmise sur les négociations. https://twitter.com/ellarguero/status/1679257641711816705?s=20 "Vinicius est allé au Real Madrid parce que ses agents l'ont choisi. Cela faisait trois ans que nous travaillions sur cette signature, mais ses agents nous ont trahis. Le Real Madrid ne connaissait même pas le joueur", a déclaré Cury. Il n’hésite alors pas a dire que le Brésilien était un grand fan du FC Barcelone : "Vinicius m'a dit qu'il avait pleuré (de joie) après la victoire 6-1 du Barça sur le PSG. C'est ce qu'il m'a dit". Ce n'est pas la première fois que Cury s'exprime sur ce sujet. En 2021, toujours sur la Cadena SER, il avait affirmé que Vinicius était un fan inconditionnel du Barça : "Vinicius était culé, culé, culé… Je peux vous dire qu'il a pleuré après le 6-1 contre le PSG. Il prenait toujours le Barça à FIFA et il disait que le meilleur joueur du monde était Neymar parce qu'il était au Barça".

Actualités

La fin du Far West pour les agents selon Nicolas A Martineau

Dès le 1er octobre 2023, la FIFA exigera que les agents obtiennent une licence pour exercer leur métier. Ainsi, pour la première fois, tous les agents de la planète seront régis par les mêmes règles. Une excellente nouvelle, selon Nicolas A Martineau, cofondateur de l’agence Obelisq, qui après une carrière fructueuse de près d’une décennie dans le domaine de la télévision chez TVA Sports, V Télé et Cogeco, veut désormais aider les athlètes professionnels à accroître leur notoriété, tout en conservant leur intégrité. « C’est une bonne chose, note-t-il. […] C’était un peu un buffet ici au Canada, tout le monde pouvait travailler comme agent. Les licences n’étaient pas vérifiées quand on signait un contrat, donc n’importe quel quidam pouvait faire signer un joueur dans une équipe sans nécessairement qu’on puisse vérifier ses liens ou ses antécédents. » Or, obtenir la nouvelle licence ne se fait pas en claquant des doigts. Pour mettre la main sur ladite licence, les agents devront non seulement payer un montant annuel à la fédération internationale, mais également réussir un examen. Les 19 et 20 avril, 3800 candidats ont tenté leur chance au premier examen. De ce groupe, à peine plus d’un candidat sur deux (52 %) a réussi. Ils auront droit à une seconde chance en septembre. « Ça va faire un ménage parmi certaines personnes qui ne connaissent pas le travail fait en amont », affirme l’agent, qui a réussi le test. Selon lui, ce sont de soi-disant agents qui se « foutent un peu des règles » et qui tentent de faire capoter des ententes « à la dernière minute ». Il y a toujours des charlatans, il y en avait et il y en a eu beaucoup au Canada et au Québec. J’ai toutefois l’impression que c’est une page qui va se tourner sur ce chapitre-là. Un autre aspect qui changera, selon M. Martineau, c’est l’influence des gardes rapprochées sur certains joueurs. « Parfois, la famille, l’entourage et les amis d’un joueur qui commence à connaître du succès vont essayer de s’improviser agents », explique-t-il. Désormais, ils devront réussir l’examen s’ils veulent faire signer un quelconque contrat à leur protégé. Des balises claires La réforme vient également avec de nouvelles réglementations pour encadrer les agents. Un pacte entre un agent et un joueur, un club ou un entraîneur ne pourra durer plus de deux années. Évidemment, il sera possible de signer une nouvelle entente par la suite, mais personne n’aura les mains liées sur une longue période. Les agents devront également prélever un maximum de 5 % du salaire du joueur s’il fait 200 000 $ US ou moins ou 3 % pour ceux qui font plus de cette somme. Une limite sera aussi imposée pour l’indemnité des transferts, établie à 10 %. Nicolas A Martineau croit que ces mesures feront « plus mal » aux agents qui ont un certain monopole, mais qu’elles sont justifiées. « Pour les agents dans des ligues plus intermédiaires, disons ceux qui ne négocient pas des contrats en Premier League, ce sont des montants justes et ceux avec lesquels on est habitués de travailler. Je pense que c’est une bonne chose qu’on régisse ça. On doit travailler pour aller chercher notre argent », résume l’agent de Sean Rea, Mohamed Farsi et Gabrielle Carle. Un grand pas vers l’avant Du même coup, la FIFA a créé la chambre des agents du Tribunal du football, afin de régler des litiges « de dimension internationale » entre un client et un agent. Elle pourra donc intervenir, si nécessaire, lors de transferts internationaux quand il y a un différend. « On va se sentir mieux protégés, car il y a une ressource à la FIFA quand on a un conflit ou une question. Plutôt que de se tourner vers Canada Soccer, se sera maintenant vers une instance plus grande, et c’est peut-être plus rassurant de savoir qu’on est sous ce parapluie-là », admet M. Martineau. On devra attendre quelques mois, voire quelques années, avant de faire un bilan et de déterminer s’il y a de grandes failles dans ce nouveau système. Cela dit, il est prometteur et permet de professionnaliser un milieu trop longtemps laissé à lui-même. Source : La Presse CA

Associations d’agents

Les agents poursuivent leur combat contre la nouvelle réglementation FIFA

La FIFA a reçu un coup sensible devant la justice. L'association d’agents EFAA (European Football Agents Association) a saisi le tribunal de Dortmund pour tenter d'empêcher la nouvelle réglementation des agents de joueurs. En effet, la FFAR, l'organe de régulation de la FIFA, a annoncé au début de l'année, entre autres, qu'à partir du 1er octobre 2023, les agents auraient besoin d'un diplôme pour exercer leur activité. L'EFAA a fait appel, et a obtenu gain de cause en mai dernier : la FIFA ne peut pas introduire ces règles pour le moment. La FIFA a annoncé en janvier 2023 qu'à partir d'octobre de cette année, les agents devraient être titulaires d'un diplôme pour gérer les contrats et les transferts. Les premiers examens ont eu lieu en avril. En outre, les revenus des agents de joueurs seront plafonnés par l'introduction de commissions maximales. La FIFA souhaite également empêcher un agent d'avoir plusieurs parties sous sa responsabilité en même temps, afin de prévenir d'éventuels conflits d'intérêts. Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a déclaré lors d'une conférence de presse que "tout le monde a le droit de gagner de l'argent". "Mais cela doit se faire dans un environnement réglementé. Nous devons le faire parce que cela affecte l'image du football. Nous voulons rétablir la bonne image". Commentant cette nouvelle, l'Association européenne des agents de football (EFAA) a déjà annoncé qu'elle contesterait la décision dans plusieurs pays. À Dortmund, les agents Ralf Bockstedte et Michael Frank se sont battus avec succès contre la FIFA. Le tribunal a accédé à la requête du duo, qui demandait une "protection juridique aiguë des joueurs". La décision du tribunal interdit temporairement à la FIFA et à la fédération allemande de football (DFB) d'appliquer les nouvelles règles. Dans une affaire précédente, à Mayence, la demande de l'EFAA a été renvoyée à la Cour européenne de justice. Une action a également été engagée récemment aux Pays-Bas. Toutefois, le syndicat ProAgent a perdu la procédure en référé engagée contre la FIFA et la KNVB. En outre, une affaire contre l'autorité de régulation est en cours en Espagne et un appel a également été interjeté devant le tribunal civil. En Angleterre, la preuve économique dans le droit de la concurrence de l'UE est mise en avant. En effet, les nouvelles règles de la FIFA iraient à l'encontre des réglementations de l'économie européenne libre. En outre, en République tchèque, une demande d'injonction a été déposée, obligeant le tribunal à prendre une décision rapide en raison d'un "intérêt urgent". L'Italie et la France n'ont pas fait appel à la justice, mais les personnes chargées des dossiers dans ces pays ont clairement exprimé leur opposition à la décision de la FFAR et ont entamé des pourparlers avec les associations nationales de football et les ministres afin d'empêcher l'introduction des règles. Des affaires sont également pendantes devant le Tribunal du sport (TAS) et donc devant la Cour de justice des Communautés européennes.

Actualités

La FIFA discute avec le Parlement européen sur le Règlement des Agents

Au cours d’une réunion tenue en visioconférence, la FIFA a mené des discussions "positives" avec le groupe "Sport" du Parlement européen concernant le Règlement sur les agents de la FIFA, adopté le 16 décembre 2022, dont la pleine entrée en vigueur interviendra le 1er octobre 2023. Alasdair Bell, Secrétaire Général adjoint (administration) de la FIFA, Emilio García Silvero, directeur de la division Juridique et Conformité de la FIFA, et Jan Kleiner, directeur de la sous-division Réglementation du football de la FIFA, ont présenté un aperçu du règlement et de ses avantages, notamment la protection de l’intégrité et du modèle de solidarité du football, la lutte contre le blanchiment d'argent ou encore la protection des mineurs. Ont également pris part à la réunion Tomasz Frankowski, président du groupe "Sport" et rapporteur de la dernière résolution en date du Parlement européen sur le sport (2021), ainsi que Tiziana Beghin, Viola Von Cramon-Taubadel et Tomasz Poręba. https://twitter.com/fifamedia/status/1678778715399131136?s=20 Ces personnes ont bénéficié d’un point sur le processus de mise en œuvre du Règlement sur les agents et sur les étapes à venir, en particulier le plafonnement des indemnités des agents ainsi que le recours à des agents licenciés, qui seront obligatoires à compter du 1er octobre 2023. La réunion faisait suite à de précédents échanges de la FIFA avec le Parlement européen et d’autres acteurs politiques, qui ont tous affiché leur soutien en faveur de la réforme en profondeur du système des transferts menée par la FIFA. Le Règlement sur les agents est le fruit d’une consultation longue et exhaustive impliquant les joueurs, les clubs, les ligues, les fédérations nationales de football et les organisations d’agents. Il introduit des mesures règlementaires équilibrées qui contribueront à la résolution des défaillances du système des transferts identifiées par de nombreuses parties prenantes. Toutefois, la Fédération internationale fait face à une vague de contradictions chez les agents, qui voient d’un mauvais œil des restrictions dans leur profession au contraire des autres sports. Ainsi, des plaintes ont été déposées et certains groupements d’agents ont d’ailleurs eu gain de cause notamment en Allemagne où la Court de Dortmund a ordonné la suspension de la validité de la licence FIFA sur le territoire national à la demande de l’Association Européenne des Agents via l’association allemande.

Actualités

Donato Di Campli charge la direction du PSG

Lors d’un entretien accordé à Relevo, Donato Di Campli a fustigé le comportement des dirigeants parisiens vis-à-vis de leurs joueurs. À l’été 2017, Marco Verratti était tout proche de s’engager avec le FC Barcelone, avant que le Paris Saint-Germain ne bloque la transaction. Son agent de l’époque, Donato Di Campli, est revenu sur cet épisode qui avait d’ailleurs conduit à la fin de l’histoire avec son poulain. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas été tendre avec Doha, dénonçant même des pratiques plus que limite de la part des dirigeants du club francilien : “À Paris, les joueurs sont emprisonnés, on ne fait jamais ce qu'ils veulent, mais ce que le club veut, c'est une prison et il y a du chantage“, explique-t-il d’abord. https://twitter.com/rmcsport/status/1679155209442934785?s=46&t=hjJxNJ7aP4NwsyFr4Sel0A Et l’agent de joueur de poursuivre : “L'attitude du PSG est toujours celle du chantage. Nous avions décidé d'aller à Barcelone. Cela n'a évidemment pas plu à l'émir. Al-Khelaïfi m'a même dit que si je continuais à essayer de faire le deal avec le Barça, Verratti allait me quitter, et c'est ce qui s'est passé. Je suis sûr que Marco a eu peur, il ne l'admettra pas, mais c'est comme ça. Dès son arrivée, Verratti était en prison. Quand nous parlions avec Barcelone, le PSG l'a rencontré plusieurs fois, ils lui ont dit qu'ils allaient signer Neymar, qu'ils allaient construire un projet autour de lui. Si vous vous opposez à eux, tout devient personnel. L'ancien président Bartomeu n'arrêtait pas d'appeler Al-Khelaïfi et il ne répondait jamais, jamais au téléphone. Mon expérience avec eux est très, très mauvaise. Ils ne s'intéressent qu'à l'argent, c'est un club qui n'a pas d'âme. Ils ne vous laissent pas partir parce que l'émir et Al-Khelaïfi pensent que tout est achetable, qu'ils peuvent conquérir le monde uniquement avec de l'argent. Mais nous avons déjà vu que ce n'est pas possible.” L’Italien a conclu son argumentaire en faisant un parallèle avec la situation de Kylian Mbappé, avec qui le PSG veut garder la main : ‘Pour le PSG, c'est avant tout une question d'image. C'est quand, par exemple, l'année dernière, il a même utilisé Macron pour persuader le joueur de ne pas signer au Real Madrid. C'est aussi ce que j'entends quand je parle de chantage à l'attitude. Aujourd'hui, Mbappé semble avoir le dessus, mais mon expérience me dit que le club utilisera tous les moyens pour faire prévaloir sa position. Il ne sera pas facile pour le PSG d'accepter une défaite avec l'une de ses stars, il ne l'a jamais fait. Nous avons déjà parlé de Verratti, mais n'oublions pas Marquinhos, Rabiot, Thiago Silva.’

Actualités

Junior Mwanga signe chez Sport Cover

Après une belle saison avec les Girondins de Bordeaux, Junior Mwanga est courtisé par plusieurs clubs étrangers. Ainsi, le défenseur de 20 ans vient de prendre une décision capitale pour la suite de sa jeune carrière. En effet, il vient de changer d'agent. Une décision qui alimente les rumeurs selon lesquelles le Français ne devrait pas rester sur les bords de la Garonne. Fabrizio Romano indique que Junior Mwanga vient de s'engager avec Sport Cover, l’agence française fondée en 2006 par Meïssa N’Diaye. Cette agence compte quelques joueurs de renoms dans le football, dont Marcus Thuram Alban Lafont, Nordi Mukiele, Seko Fofana, Amine Harit, Brice Samba, Wissam Ben Yedder, Michy Batshuayi ou encore Geoffrey Kondogbia. Notons que c'est également la même agence que le bordelais, Dilane Bakwa. Jusqu’à présent, Junior Mwanga était sous contrat avec l’agence SAGAA (Sports and Gaming Accredited Agents), de l’agent français Laurent Lasgleyses. L’agence gérait entre autres la carrière de joueurs comme Clément Badin ou Anthony Dekono. View this post on Instagram A post shared by Sport Cover (@sportcover) Aujourd’hui, Junior Mwanga est sous contrat avec les Girondins jusqu'en juin 2027. Sa valeur est estimée à 4M€ selon Transfermarkt, mais il est évident qu'il partira pour une somme bien plus importante. Des clubs comme Strasbourg et Séville se sont déjà montrés très intéressés par ses qualités. Junior Mwanga aux côtés de son ancien agent Laurent Lasgleyses https://twitter.com/fabrizioromano/status/1679184196231626754?s=46&t=hjJxNJ7aP4NwsyFr4Sel0A

Agences

Deco ferme les portes de son agence D20 Sports

Après huit ans de travail, Deco a officiellement fermé son agence D20 Sports afin de devenir le nouveau directeur sportif du FC Barcelone. L’idée ici, est d’éviter tout possible conflit d’intérêt. Deco a officialisé ce mardi la fermeture de son agence de représentation sportive, D20. Il est désormais libre de rejoindre officiellement le conseil d'administration du FC Barcelone. L'ancien international portugais sera ainsi le bras droit de Mateu Alemany. Depuis plus d’un an, Deco a travaillé indirectement comme conseiller en recrutement du Barça. View this post on Instagram A post shared by D20 Sports ⚽️ (@d20sportsoficial) En ce qui concerne D20 Sports, l’agence a été fondée en 2015 et, à l'heure actuelle, représente dix-sept joueurs dont Raphinha, Fabinho ou encore Tapsoba. L’annonce de la fermeture a été faite sur le site internet de l’entreprise "D20 Sports annonce par la présente qu'elle a stoppé ses activités liées à la gestion de la carrière des joueurs de football et toutes les autres activités sportives. Ce furent 8 années de dur labeur et de dévouement, ainsi que d'alliances joyeuses et, surtout, d'amour du jeu. Nous remercions tous les employés, les athlètes, les partenaires et les clubs pour ces 8 merveilleuses années. Nous serons toujours reconnaissants à tous ceux qui nous ont fait confiance, à nos services, et à tous ceux qui ont fait partie de cet incroyable voyage. Cordiales salutations. Deco", Un communiqué qui arrive à point nommé. En effet, un éventuel conflit d’intérêt aura pu voir le jour, Raphinha étant représenté par D20 et faisant partie de l’effectif du Barca.  Deco aux côtés de Raphinha et Joan Laporta lors de la présentation officielle du joueur brésilien. Deco aux côtés de Tapsoga lors de sa signature au Bayer Leverkusen Deco aux côtés de Fabinho et Jorge Mendes dans les locaux de Liverpool https://twitter.com/fabrizioromano/status/1671237367200378885?s=46&t=hjJxNJ7aP4NwsyFr4Sel0A

Actualités

Presnel Kimpembe file chez CAA Stellar

Sur ses réseaux sociaux, Presnel Kimpembe a annoncé ce jeudi son changement d'agent, rejoignant la très grosse structure Stellar. Pas de quoi envisager un départ du Paris Saint Germain pour autant. Actuellement en pleine rééducation après sa grave blessure au tendon d'Achille survenue en février lors de la victoire à Marseille (3-0), Presnel Kimpembe a officialisé sur ses réseaux sociaux son changement d'agent. Exit François Gil, son représentant historique, et bonjour Jonathan Barnett, l'un des plus gros agents de la planète qui préside le célèbre groupe CAA Stellar. La star du PSG, âgée de 27 ans, a accepté d'être représentée par le président exécutif Jonathan Barnett pour toutes les négociations contractuelles à venir avant le début de la nouvelle saison. Avec le redoutable Jonathan Barnett pour veiller sur ses intérêts, Kimpembe se positionne aussi au mieux pour son prochain contrat, que ce soit à Paris ou ailleurs... Jonathan Barnett a déclaré à propos de l'accord : "Presnel est un joueur exceptionnel, l'un des meilleurs demi-centre du monde et une légende à Paris. C'est un grand honneur pour moi de pouvoir le représenter alors qu'il est impatient de se remettre complètement de la blessure qu'il a contractée la saison dernière et de reprendre le chemin du football. » https://twitter.com/tanziloic/status/1677022492915818505?s=46&t=hjJxNJ7aP4NwsyFr4Sel0A Pour autant et alors que le contrat de Kimpembe ne court que jusqu'en juin 2024, ce changement d'agent ne signifiera pas un départ au cours de l'été à en croire Loïc Tanzi de L'Equipe. Le défenseur central français qui fêtera ses 28 ans au mois d'août compte bien rester au PSG la saison prochaine. Une version qu'il a d'ailleurs validée lui-même en allant liker le tweet du journaliste annonçant cette nouvelle.